position défendue par la FCPE 91 sur la Réforme des Rythmes scolaires

10 février 2013
Par

LogoCDPE91vifpetit

Veuillez trouver la position défendue par la FCPE 91 sur la Réforme des Rythmes scolaires.

Le transfert de la responsabilité de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires commune par commune ne nous satisfait pas. Cela ne pourra qu’accentuer les inégalités territoriales et renforcer le concept d’école communale et non plus d’École de la République. 

Nous souhaitons vous permettre de jouer pleinement votre rôle de représentant de parent d’élève et défendre les valeurs de la FCPE. C’est pourquoi vous trouverez le cadre général du décret de réforme des rythmes scolaires et les revendications de la FCPE 91. 

Notre objectif commun étant de réfléchir à une organisation intelligente pour l’intérêt de tous les enfants et de tendre au maximum à une harmonisation d’emploi du temps de nos écoles sur le département. 

Sachez d’ores et déjà que les communes ont obtenu un mois supplémentaire (jusqu’au 31 mars) pour décider si elles mettraient en oeuvre la réforme en 2013 ou 2014. 


1/ Décret : 

Cadre général d’organisation de la semaine scolaire :

L’organisation de la semaine scolaire de chaque école du département est décidée par le directeur académique des services de l’éducation nationale après avis du maire. Les 24 heures d’enseignement sont désormais réparties sur 9 demi-journées et non plus sur 4 journées. A raison de 5h30 maximum au lieu de 6 h par jour dont 3h30 maximum par demi-journée. La pause méridienne ne peut être inférieure à 1h30.

Dérogation possible : Le directeur académique des services de l’éducation nationale peut donner son accord à un enseignement le samedi matin en lieu et place du mercredi matin ou des horaires différents de ceux du décret lorsque cette dérogation est justifiée par les particularités du projet éducatif territorial et présente des garanties pédagogiques suffisantes.

Activités pédagogiques complémentaires (APC) : Le texte prévoit la mise en place d’activités pédagogiques complémentaires en groupes restreints pour l’aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, pour une aide au travail personnel ou pour une activité prévue par le projet d’école, le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial. L’organisation générale de ces activités, dont le volume horaire est d’1h (ou 2×30 mn) par semaine, est arrêtée par l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription, sur proposition du conseil des maîtres.

Les activités péri-éducatives ou périscolaires (AP) : Le ministère a précisé que l’heure de sortie de 16h30 n’était pas obligatoire et que l’organisation des activités péri-éducatives restait à la libre appréciation des élus ainsi que leur caractère gratuit ou payant. Ces activités périscolaires prolongeant le service public de l’éducation, et en complémentarité avec lui, peuvent être organisées dans le cadre d’un projet éducatif territorial associant notamment les enseignants. La fréquentation de ces temps d’activités n’est pas obligatoire pour les familles.

Les taux d’encadrement des activités périscolaires assouplis. Un projet de décret d’allègement des normes d’encadrement de ces activités prévoirait les allègements suivants pour une durée de 5 ans :

- Un adulte pour 14 enfants de moins de six ans (contre un pour 10 actuellement)

- Un adulte pour 18 enfants de six ans et plus (contre un pour 14)

2/ Présentation des deux hypothèses d’emploi du temps scolaire données par le ministère de l’Éducation nationale, sans aucune obligation pour les villes d’en choisir une sur les deux. Elles ont toujours la possibilité d’opter pour une autre organisation mais doivent demander une dérogation auprès du DASEN : 

Hypothèse 1 :

8h30 11h30 13h30 15h45 16h30 18h30 LUNDI 

ECOLE

DEJEUNER

ECOLE

APC/AP

*ADL/ETUDE

MARDI 

ECOLE

DEJEUNER

ECOLE

APC/AP

ADL/ETUDE

MERCREDI 

ECOLE

JEUDI 

ECOLE

DEJEUNER

ECOLE

AP

ADL/ETUDE

VENDREDI 

ECOLE

DEJEUNER

ECOLE

AP

ADL/ETUDE

 

*ADL : Accueil De Loisir AP : Activités Périscolaires APC : Activité Pédagogique complémentaire

Hypothèse 2 :

8H30 11H30 13H30 14H15 16H30 18H30 LUNDI 

ECOLE

DEJEUNER

APC/AP

ECOLE

ADL/ETUDE

MARDI 

ECOLE

DEJEUNER

APC/AP

ECOLE

ADL/ETUDE

MERCREDI 

ECOLE

JEUDI 

ECOLE

DEJEUNER

APC/AP

ECOLE

ADL/ETUDE

VENDREDI 

ECOLE

DEJEUNER

APC/AP

ECOLE

ADL/ETUDE

Pour information, la FCPE nationale tend à privilégier le temps de pause méridienne allongé, car il est alors possible d’organiser soit un temps d’activité périscolaire, soit des activités pédagogiques complémentaires. Elle cumule plusieurs avantages : choix le plus respectueux des rythmes d’apprentissage (qui évite de mettre les enfants en classe juste après le déjeuner et qui favorise la sieste en maternelle surveillée par les ATSEM), le plus simple à gérer pour les communes, pour les transports et pour les parents. Et la sortie des enfants se fait du coup aux mêmes heures que celles pratiquées actuellement.

Nous, FCPE 91, ne prendrons pas position ici pour vous dire quelle organisation est la meilleure car vous êtes le plus à même à connaître la réalité et le contexte de votre ville. Et de défendre ce qui est le mieux localement pour les enfants selon la spécificité, les moyens et les ressources de la collectivité. Néanmoins nous vous invitons à prendre toute votre place dans l’élaboration du Projet Éducatif Territorial afin qu’au final ce dernier, soit éducatif et cohérent pour l’intérêt de l’enfant.


3/ Position de la FCPE 91 : 

La FCPE rappelle sa position pour une mise en oeuvre dès que possible à la rentrée scolaire de 2013 car nous savons aujourd’hui, avec les différentes études, que le rythme de 4 jours d’école, imposé en 2008, ne contribue pas à la réussite des enfants.


La FCPE 91 revendique : 

- que les activités périscolaires soient des temps éducatifs et non de la garderie, 

- lorsqu’il y a allongement de la pause méridienne, offrir aux enfants un vrai temps de repos, de pause, un repas sans stress… 

- que enfants puissent être pris en charge jusqu’à 16h30, 

- la gratuité des activités périscolaires sans aucune répercussion financière sur les familles (augmentation des tarifs, des tranches du quotient familial, des impôts locaux…,), 

- l’accessibilité de tous les enfants aux activités périscolaires et non uniquement pour ceux qui fréquenteraient la restauration scolaire et/ou les accueils de loisirs, 

- l’égalité à une même offre des activités périscolaires sur l’ensemble des établissements scolaires d’une même ville. 



*Entretien avec René Clarisse, chercheur et chronopsychologue : temps scolaire et rythmes des enfants

Le Courrierdesmaires.fr : La réforme de Vincent Peillon, qui propose 4,5 jours de classe hebdomadaire au lieu de 4, va-t-elle dans le bon sens ? 

René Clarisse. Pour nous, chercheurs, il est évident que l’aménagement en 4 jours de classe hebdomadaire est le moins adapté. C’est aujourd’hui celui de 95% des écoles. Il pose le problème de la fatigabilité des enfants due à la concentration des horaires.

Quel serait le meilleur rythme hebdomadaire pour les jeunes enfants ? 

— R. C. Des expertises nationales ont montré que l’aménagement le mieux adapté aux enfants de 8 à 11 ans, du point de vue des capacités attentionnelles, est celui de 4,5 jours, avec le samedi matin travaillé.

Sur la semaine, le lundi est une mauvaise journée pour tous les enfants, mais avec un « mieux » pour ceux qui travaillent le samedi matin, par rapport aux 4 jours et demi, mercredi matin travaillé et aux 4-jours. La courbe d’attention chute très nettement le vendredi chez les 4-jours.

Chez les enfants de moins de 8 ans, la semaine de 4 jours est toujours la plus mauvaise. En revanche, les profils attentionnels des deux aménagements en 4 jours et demi (mercredi matin travaillé et samedi matin travaillé) sont comparables.

Qu’en est-il du rythme de la journée ? 

— R. C. Avec de petites différences selon l’âge et les enfants, le profil attentionnel est plus élevé pour les 4,5 jours. Globalement, les performances sont faibles en début de matinée, augmentent jusqu’à 11h-midi, chutent jusqu’à 14 heures-15 heures, puis remontent.

C’est pourquoi je suis favorable à une pause méridienne d’une heure et demie au minimum. C’est une priorité. Deux seraient mieux. Mais cette pause doit être aménagée pour être efficace, avec une possibilité de sieste pour les plus jeunes, des activités calmes pour les plus grands.

Que préconisez-vous pour le rythme annuel ? 

— R. C. Je suis pour le « 7-2″. Les Jeux olympiques d’hiver en 1968 ont mis à mal ce rythme pour rentabiliser les infrastructures en montagne. Un point positif est donc le retour à des vacances de 15 jours à la Toussaint. A cette époque, enfants comme adultes entrent dans l’hiver, moment de fatigabilité particulière.

Les enfants ont besoin de 4 à 6 jours pour intégrer le passage du rythme scolaire au rythme des vacances et réciproquement. C’est pourquoi il faut 2 semaines pour des vacances bénéfiques. Et il ne faut pas aller au-delà de 7 à 8 semaines pour éviter l’accumulation de fatigue. Débuter les congés d’été à la mi-juillet permettrait une meilleure répartition.

(Source : http://infos.courrierdesmaires.fr/8592/entretien-avec-rene-clarisse-chercheur-et-chronopsychologue-temps-scolaire-et-rythmes-des-enfants).

 

Réforme des Rytmes scolaire notre position.

 

Mots-Clés : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Calendrier

Novembre  2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
   
  1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30  

Abonnez vous à notre actualité par courriel

Entrer votre adresse mail :